Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Sabine
Age 34
But du voyage Tourisme
Date de départ 28/01/2008
    Envoyer un message
Durée du séjour 3 semaines
Nationalité France
Description
Un voyage qui sera forcément trop court, qui en appelle d'autres...
Des rêves qui se réalisent, la vie quoi...
Note: 4,3/5 - 11 vote(s).



Localisation : Italie
Date du message : 08/10/2010
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Venise : Voilà, c'est fini (comme dit la chanson de JL Aubert)

Cette fois, on ne peut rien y faire et surtout pas arrêter le temps, malheureusement, c'est le dernier jour et il faut bien s'y faire. C'est le jour des dernières fois et ça nous rend tout mélancoliques. Cela dit, ce dernier jour, il y a aussi des premières fois, car c'est la première fois que nous prenons le vaporetto ligne 1 pour la croisière complète de la gare à la place St Marc, histoire de tout revoir une dernière fois. C'est encore une autre façon de voir les choses, car depuis le Grand Canal, on rejoint le côté historique de la navigation et l'on imagine, lorsque les entrepôts de marchandises étaient en activité, lorsque les grands personnages sortaient de leur palais, lorsque les embarcations sillonnaient comme aujourd'hui le grand Canal en tous sens, vaquant à leur négoce.

Arrivés juste avant l'arrêt de la place St Marc, on a une jolie vue sur toute la largeur du chenal et la couleur de l'eau est magnifique. On débarque presque à regrets. Et il faut sérieusement à nouveau penser à la basilique qui est encore dans l'eau mais celle-ci a bien baissé. Nous pouvons donc entrer assez facilement, en plus on a l'impression qu'aujourd'hui il y a moins de monde. 

Et dès le vestibule, les ors des mosaïques sautent aux yeux. Ensuite l'intérieur est une pure merveille de l'art byzantin, on regrette de ne pouvoir voir le plafond de plus près, on passe des plafonds au sol magnifiquement dallés de multiples motifs, et heureusement le sol de la basilique est légèrement surélevé par rapport à la place et au vestibule, du coup, les sols sont préservés, sinon ce serait une catastrophe. Nous avons passé aussi un long moment dans la salle du trésor, devant les objets magnifiques qui furent ramenés à Venise au fil des époques de toutes les parties de la Méditerranée orientale et de Constantinople en particulier. Et il y a aussi des reliques, des dizaines d'ossements enchâssés dans des reliquaires, Venise étant aussi spécialisée dans le commerce des reliques (c'est un commerce au même titre que celui des épices à l'époque). Elle a d'ailleurs vendu fort cher à notre St Louis, les reliques destinées à la Sainte Chapelle de Paris.

Nous reprenons le cheminement dans l'église (c'est comme à Notre-Dame de Paris, il y a un sens de circulation, une porte d'entrée et une porte de sortie) et je suis outrée par le fait que les gens brandissent leur appareil photo en toute quiétude devant les pancartes d'interdiction, juste parce que les vigiles sont tous partis déjeuner en même temps. D'accord, on interdit les photos peut-être pour vendre plus de cartes postales que pour préserver le patrimoine, mais quand même, quand cinquante flashes se déclenchent en salves, c'est très gênant pour parvenir à un quelconque plaisir et surtout pour se retrouver en pensée quelques siècles auparavant. Gros soupir, tant pis...

Allez, il est temps de remonter vers la gare tout doucement. Nous nous arrêtons chez notre sympathique vendeuse de glace et nous avons savouré nos deux boules chocolat chocolat, qui seraient à coup sûr devenues un rituel si nous étions restés plus longtemps. Et nous repartons par le nord de Dorsoduro, loupant inexplicablement le quartier des Carmes. Du coup, ce sera pour une prochaine fois. Nous remontons par San Pantalon et son merveilleux plafond peint en trompe l'oeil, c'est un enchantement, on dirait vraiment qu'il monte vers le ciel. On traîne, on hésite à cheminer fermement vers la gare, on aimerait se perdre, mais les 16h se rapprochent, c'était l'heure limite qu'on s'était par précaution fixée et on a bien fait, l'heure de notre avion aussi se rapproche et nous avons encore les sacs à récupérer à l'hôtel. Les tickets du bus pour l'aéroport Marco Polo sont déjà dans ma poche depuis ce matin....  

 


Note: 5/5 - 1 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Sabine ]