Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Sabine
Age 34
But du voyage Tourisme
Date de départ 28/01/2008
    Envoyer un message
Durée du séjour 3 semaines
Nationalité France
Description
Un voyage qui sera forcément trop court, qui en appelle d'autres...
Des rêves qui se réalisent, la vie quoi...
Note: 4,3/5 - 11 vote(s).



Localisation : Italie
Date du message : 05/10/2010
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Venise : Les jours suivants : on commence à prendre nos habitudes

Le lendemain matin, en voulant prendre ma première photo de la journée, je me suis rendue compte que je n'avais pas rechargé ma batterie en rentrant la veille à l'hôtel !!! L'effet narcoleptique du limoncello, sans doute, je ne vois pas d'autre explication. Impossible bien sûr de recharger en cours de route, inutile de perdre un temps précieux à la regarder se recharger à l'hôtel. Ce fut donc une journée sans photos, c'est un peu dur lorsque les tentations sont si nombreuses, mais l'on voit aussi les choses différemment, plus comme un promeneur, on se plonge plus dans le guide, on s'attarde sur les vitrines, c'est très intéressant en fait.

Ce jour-là, sans explorer complètement un nouveau quartier, nous avons retraversé San Polo & Santa Croce, par un autre chemin bien sûr, sommes repassés au pont du Rialto (quand même) et là, au lieu de retourner comme aimantés vers la place St Marc, nous avons bifurqué juste avant pour accéder à l'intérieur de la deuxième boucle du Grand Canal, qui constitue le quartier San Marco, avec au centre, le théâtre de la Fenice, l'indestructible puisqu'à chaque fois reconstruit et pour la dernière fois très récemment en 2003-2004, après l'incendie de 1996. C'est un peu le quartier des théâtres, c'est aussi le quartier chic de Venise avec, non loin de la place San Moïse, les plus grandes marques de boutiques internationales et plein d'autres typiquement italiennes. Les italiens aiment vraiment la mode et elle le leur rend bien. Il faut vraiment chercher longtemps pour trouver un(e) italien(ne) négligé(e) et ce, quelles que soient les circonstances. 

Le temps d'atteindre l'extrémité de la boucle pour gravir le pont de l'Académie, le 3e pont sur le Grand Canal et de profiter de la magnifique vue sur la Salute (Santa Maria della Salute), il s'est mis à tomber un fâcheux grain. Une pluie plutôt forte qui nous a fait craindre le pire pour les jours suivants. Nous nous sommes réfugiés dans un café, peut-être pas le meilleur choix, entre le pont et le musée du même nom, où nous avons bu deux cappucino (chacun) pour relativiser ce contretemps, qui n'a heureusement pas duré trop longtemps et ne s'est jamais reproduit les jours suivants. 

Et nous sommes retournés à la place St Marc pour y revoir le soir tomber, on ne l'a pas fait tous les soirs, mais presque quand même, il faut bien l'avouer. En repartant, nous sommes passés sous la tour de l'horloge, pour accéder aux rues des Mercerie, pour y trouver un dîner, et au détour d'une ruelle, à côté d'un pont, en fait comme beaucoup de restaurant à Venise, mais là, impossible de me souvenir du nom et de l'adresse. Une toute petite trattoria de cinq tables, menée de main de maître par une matrone, qui ne m'inspira pas au début, car elle ne distribuait pas de menu, elle le dictait et il fallait se décider rapidement ! Mais ce fut très bon, rien à dire, mes penne aux aubergines étaient parfaites. Sauf le dessert qui était de trop (et non pas quantitativement, mais qualitativement), nous aurions donc pu nous en passer. Tant pis, on ne peut pas avoir du flair à tous les coups. 

Le lendemain, nous sommes partis explorer le grand quartier de Cannaregio, tout en longueur, après la rondeur de San Polo & Santa Croce. Après une excursion par le Ghetto, entouré d'eau, on peut encore très bien l'imaginer comme il était autrefois, fermé par des portes la nuit. Mais pour un non spécialiste de la culture judaïque, les repères manquent et les synagogues n'ont pas pignon sur rue, alors mis à part que son vaste campo n'est pas dominé par une église, nous sommes sortis du Ghetto sans trop nous en rendre compte. Longeant les rues, nous avons pris un petit café très très serré, non loin de Santa Fosca, non loin de laquelle nous allions revenir dîner sans le savoir encore. Passant derrière la Ca d'Oro (la maison dorée, qui ne l'est plus d'ailleurs), mais sans la voir, car impossible de voir une façade de la rue, sa seule façade et quelle façade, donne sur le Grand Canal et c'est le cas de tous les palais de Venise qui bordent le Grand Canal, leur magnificence est tournée vers lui. Peu ou pas d'accès depuis la rue, les accès se font par voie d'eau. Ensuite, nous avons bifurqué vers Santa Maria dei Miracoli, fort jolie, toute rose. Nous avons ensuite tenté de retrouver le chemin de San Giovanni Crisostomo, pour se plonger dans le quartier de Marco Polo, où nous avons vu sa présumée maison, présumée seulement car elle n'existe plus, le quartier a beaucoup changé et elle a été remplacée par un autre bâtiment à une autre époque où Marco n'avait pas acquis la notoriété qu'on lui connaît aujourd'hui.

A quelques rues de là, j'ai trouvé le marchand de pâtes "pastificio", dont j'avais relevé l'adresse dans le très bon guide National Geographic, que j'avais lu avant de partir. Et juste en face, se trouve une pâtisserie "pasticceria" splendide, avec un choix terrible de "turron", le nougat local décliné dans de multiples parfums, et plein d'autres pâtisseries. Le cappucino qui les accompagne est excellent. Heureusement que l'on consomme debout, car on aurait pu y passer des heures. C'est devenu notre adresse favorite pour le goûter, cela avant de trouver la "gelateria" de nos rêves que nous n'avions pas encore rencontrée.

Nous sommes repartis vers le quartier de San Marco, dans sa partie opposée à la place, car je n'avais pas réussi la veille à trouver le palais avec un escalier en colimaçon, qui m'avait grande impression à la lecture du guide. Il est effectivement très dur à trouver, caché dans un pâté de maison et relié aux places par un labyrinthe de ruelles tortueuses, mais l'effort vaut le coup d'oeil, cet escalier extérieur aux rambardes et aux rebords de colonnes blancs, en font une sculpture ciselée magnifique.    

Et nous sommes retournés au Pont de l'Académie pour les lumières de la fin de journée (très bonne parait-il pour les photos prises par les appareils argentiques). Cela ne concernant donc pas les photographes en numérique dont je fais partie, j'ai poussé en ligne droite depuis le pont, traversant dans sa petite largeur le quartier de Dorsoduro, jusqu'à la rive des Zattere, le quai qui fait face à la lagune. Et j'ai pu y admirer le coucher du soleil...

Après un nouveau tour sur la place St Marc de nuit (ben oui), il a fallu trouver à dîner. A chaque fois que j'en parle, ça a l'air compliqué, mais ça l'est et il faut faire un tri énorme, éviter les menus touristiques à 15 euros en cinq langues avec photos des plats etc... et malheureusement cela ne manque pas à Venise. Ce soir-là, nous avons erré plus d'1h, après avoir repéré pas très loin de la place St Marc, un petit resto bondé avec une queue jusque dans la rue (ce qui était peut-être plutôt bon signe) que nous avons abandonné pour ce soir-là, découragés par la queue et tenaillés par la faim. Nous sommes "remontés" jusqu'à Santa Fosca, là où nous avions bu notre bon petit café serré. Et enfin, nous sommes tombés sur une trattoria tenue par une famille locale, le père et le fils au service et la mère en cuisine. J'ai mangé une magnifique soupe de légumes et la grande spécialité du foie à la vénitienne, le figa a la venexiana. Et j'ai osé le dessert, parce que vraiment ça aurait été surprenant d'être déçu à ce moment là, j'ai pris un strudel aux pommes, pas très typique, sauf si l'on considère que Napoleon Bonaparte, après l'avoir conquise, a cédé Venise aux Autrichiens, épisode historique que l'on ne connait guère. Et le strudel était parfait.   

 

 

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par bastien

le 06/11/2010 à 16:29:00

hummm :) ca donne envie !!! comme m'avait dit un ami autrefois, "tu sais que tu serais douee pour vendre des voyages et donner envie aux gens de s'aventurer ??" :))

pas grave pour l'appareil, c toujours une bonne raison d'y retourner :) lol

bizzzzz

Répondre à ce commentaire

Par Sabine

le 07/11/2010 à 01:22:07

Les gens ont malheureusement de moins en moins envie de s'aventurer, ils veulent des trucs tout faits, mais ils aiment bien quand je leur raconte des anecdotes, trop rapidement d'ailleurs car le temps est tellement compté pour tout le monde ! Du coup, c'est plus facile à écrire qu'à raconter.

On veut vraiment y retourner, mais l'hiver avec la brume, risqué d'avoir super froid et de tomber sur l'aqua alta (dont je reparlerai dans un prochain épisode)

Bizz à toi

Répondre à ce commentaire

Par bastien

le 07/11/2010 à 13:20:24

c'est toujours plus facile a ecrire qu'a raconter, c'est clair :))
vive Venise au printemps :) va vraiment falloir que j'y aille un jour aussi... lol
bizzzz

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Sabine ]