Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Sabine
Age 34
But du voyage Tourisme
Date de départ 28/01/2008
    Envoyer un message
Durée du séjour 3 semaines
Nationalité France
Description
Un voyage qui sera forcément trop court, qui en appelle d'autres...
Des rêves qui se réalisent, la vie quoi...
Note: 4,3/5 - 11 vote(s).



Localisation : Indonésie
Date du message : 09/03/2010
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Premières impressions de Bali

Après un voyage un peu long, durant lequel le sommeil peine à venir, via une longue correspondance à Kuala Lumpur et son aéroport ultra moderne, l'arrivée à Bali est assez étonnante. L'aéroport de Denpasar fait très "seventees", avec ses comptoirs en bois fatigués et ses vieilles affiches décolorées, comme si le temps s'était arrêté depuis les débuts du tourisme. Passée cette première impression, tout fonctionne comme ailleurs, faire la queue pour le visa, récupérer sa valise, qui repasse au scan pour sortir, comme si on avait pu maîtriser entre l'avion et le tapis, ce que n'importe qui aurait pu mettre dedans. C'est marqué partout en plus, "vous êtes en Indonésie, la possession de drogue est strictement interdite", comme si elle était largement légalisée ailleurs, mais surtout pas chez eux. Au même moment où l'on déchiffre ces panneaux, un peu plus loin les chiens renifleurs font tout un ballet savamment orchestré, ce qui me confirme que l'on peut leur faire faire ce que l'on veut, ce qui est assez inquiétant, mais finalement, ils arrêtent de "bosser" assez rapidement, alors qu'il reste au moins 300 personnes à contrôler, dont un avion de chinois, arrivé en même temps que le mien. 

Ensuite, une fois sortie, il faut retrouver le chauffeur de l'hôtel, et c'est comme fouiller la meule de foin pour retrouver l'aiguille. Là, il faut discuter au hasard et espérer tomber sur une connaissance du type en question, car avec un peu de chance, il se connaissent tous. Et c'est le cas. La voiture est climatisée, comme l'aérogare, mais comme je viens de passer quelques minutes sous 34° dans une foule compacte, je suis en nage dans mon pull, que je n'ai pas encore enlevé. 

Dans cette voiture climatisée, on a parlé de la neige à Paris, le chauffeur n'a jamais vu la neige, il m'a demandé comment c'était. Difficile de décrire la neige en anglais, après un vol de 12h et très peu d'heures de sommeil dans les dernières 24h. 

L'hôtel est à Kuta pour les deux premières nuits. C'est un choix stratégique, car la ville n'est pas trop éloignée de Denpasar, que mon arrivée est à 18h, celle de mon compagnon de voyage qui arrive de Bangkok est à 19h30, il ne servirait à rien d'aller plus loin et de se ruiner en transferts et taxis, alors que nous voulons louer une voiture dès le lendemain, pour prendre la route le surlendemain pour Ubud. 

Le lendemain, effectivement, vers midi, nous avons fait affaire avec un loueur local, pour un petit "4X4" Suzuki des plus simples, c'est plus un pick up qu'un 4X4 et il n'est pas climatisé, mais c'est un choix, nous ne voulons pas nous enfermer dans un bocal réfrigéré. Cette tractation faite, il nous restait l'après-midi pour faire le tour de Kuta.

Nous n'en espérions aucune découverte fantastique et ce fut bien le cas. C'est le paradis de la bière, du surf et des magasins de marques. La très longue plage de sable est magnifique, mais elle est bordée de baraques à casse croûtes où l'Australien côtoie le Javanais (car assez peu de Balinais pure souche, semble-t-il, travaillent à Kuta).  

On s'est replié chez un glacier qui faisait de jolies coupes glacées, en se demandant si l'on allait pouvoir trouver un dîner non estampillé fast food. Mais c'est finalement au fond d'une immense galerie marchande que nous avons trouvé un authentique (traditionnel) japonais (sacrés japonais !) délicieux.

Nous avons manqué le mémorial des attentats de 2002, à l'emplacement de la boite de nuit qui a été ravagée un samedi soir d'octobre. Nous sommes passés à une rue près, je l'ai vu par la suite dans le Lonely Planet et je l'ai regretté, car j'aurais pu avoir une autre vision de Kuta, beaucoup plus sombre et j'aurais peut-être mieux compris cette revanche de la vie et de la fête. 

 

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Sabine ]