Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Sabine
Age 34
But du voyage Tourisme
Date de départ 28/01/2008
    Envoyer un message
Durée du séjour 3 semaines
Nationalité France
Description
Un voyage qui sera forcément trop court, qui en appelle d'autres...
Des rêves qui se réalisent, la vie quoi...
Note: 4,3/5 - 11 vote(s).



Localisation : Inde
Date du message : 10/03/2012
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Le "trek" des Monastères

Le terme de "trek" est ici employé un peu abusivement, les véritables "trekkeurs" me pardonneront. Nous n'avons fait que 3 km le premier jour, 10 km (tout de même et avec un très fort dénivelé) le second jour, et allez, un malheureux km le troisième jour, car nous avons découvert les "short cuts" (raccourcis) empruntés par les écoliers que nous avons vu rentrer le soir par des chemins à travers les sous bois qui tracent tout droit dans la pente, coupant net les multiples lacets de la route. Le soir, ils descendent, mais le matin, immanquablement, ils montent! 

Jour 1 : Monastère de Pemayangtse (qui signifie lotus sublime et parfait)

On emprunte la route tout simplement sur 1,5 km (en montée) pour se rendre au monastère, qui est un des plus anciens (1705) et des plus importants du Sikkim. Les enfants des environs d'origine tibétaine suivent ici l'école religieuse où ils apprennent à lire l'écriture tibétaine et à réciter les textes sacrés. Ils sont séparés, non par âge, mais filles/garçons, ils font en fait les mêmes choses, mais à des horaires différents, surtout pour des questions de place. Les plus grands aident les plus petits, et l'ambiance est studieuse. Il faut dire que le Rimpoche (littéralement, le Grand Précieux), le "directeur" surveille tout et donne ses ordres pour tout et tous marchent droit. Il est visiblement très impliqué dans son rôle de pédagogue qui ferait aussi le "pion" pendant les pauses. Bref, il est partout, mais avec un air qui ressemblerait presque à un énorme égo, mais je peux me tromper.

Derniers occidentaux à passer au Monastère (les touristes sont plutôt du matin) et vu que nous nous attardions alors que l'heure avançait, nous avons été invités à boire le thé dans le bureau même du Rimpoche. Honneur suprême qui s'est avéré être une soupe de nouilles bien épicée, car c'était aussi l'heure du lunch du Rimpoche. Le bureau est un capharnaüm sans nom, où les photos et les calendriers, datant de plusieurs décennies tapissent les murs, où de nombreux objets de cultes, traînent dans tous les coins. Tout est vieux et kitsch. Après la soupe, c'est le thé au poivre, c'est ultra fort, mais ça doit être un bon désinfectant et on nous offre un biscuit pour l'accompagner, un biscuit tiré d'une boite en fer, comme celles de nos grand-mères, on espère juste que les biscuits soient récents, parce qu'il est impossible de refuser évidemment. Nous échangeons quelques propos en anglais sur cette école et son projet d'agrandissement d'un nouveau bâtiment pour y accueillir des étrangers en séjour, car il reçoit une très forte demande. 

Ensuite, après avoir salué notre hôte, nous refaisons notre kilomètre et demi dans l'autre sens (en descente donc), boostés par le poivre du thé. Cette rencontre un peu surréaliste est un des très bons souvenirs de ce voyage.  

Jour 2 : Monastère de Sangachoeling

Deuxième plus ancien monastère du Sikkim, et cette fois, c'est 3 km en montant sans arrêt en pente très raide, après avoir traversé Pelling sur 1,5 km en montée également ! C'est sportif et en plein soleil, ça chauffe ! Le monastère ne pouvait pas se percher plus haut et les petites pauses dans la montée permettent d'apprécier le panorama sur quasiment 360°. Et on se sent tout petit au milieu de ces immensités. 

Le monastère ne vit pas ses heures les plus actives de la journée, c'est même la sieste, et tant mieux, pour une fois, car nous pouvons nous promener à notre guise sans risquer de déranger. Ce sera donc l'unique occasion d'observer tout à loisir, les statues, les peintures murales et exceptionnellement, une bibliothèque de textes sacrés. Il ne faut pas ici imaginer des rayonnages remplis de reliures verticales, mais plutôt des casiers carrés remplis de feuillets rectangulaires entourés par deux plaques de bois, comme "pris en sandwich" et roulés dans du tissu. C'est très chatoyant et aussi très "mystérieux", difficile à expliquer. On a aussi accès à une imposante plate-forme où de nombreux stupas sont rassemblés, je ne suis pas sûre d'en avoir déjà vu autant d'un seul coup. Cela signifie que les restes de nombreux moines reposent là. Joli endroit pour reposer pour l'éternité ! 

Petit moment de détente pour apprécier l'endroit, car c'est le seul jour où le sommet du Kanchenjunga sera présent jusqu'au soir. Beau cadeau pour nous accompagner pour la "redescente" qui est en fait aussi difficile que la montée, mais ça tous les "trekkeurs" vous le diront ! Bon, on a aussi un très fort manque d'entraînement, c'est indéniable. Heureusement que "tea time" nous attend au bout de l'effort !    


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Sabine ]