Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Sabine
Age 34
But du voyage Tourisme
Date de départ 28/01/2008
    Envoyer un message
Durée du séjour 3 semaines
Nationalité France
Description
Un voyage qui sera forcément trop court, qui en appelle d'autres...
Des rêves qui se réalisent, la vie quoi...
Note: 4,3/5 - 11 vote(s).



Localisation : Cambodge
Date du message : 24/06/2008
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 La ville d\\\\\\\'Angkor Thom

ANGKOR THOM, dont le nom signifie la « Grande Cité » est la capitale du roi bouddhiste JAYAVARMAN VII (environ 1181-1220 pour aider à se resituer dans le temps).

Difficile de se reconstituer en tête un plan de la ville, les palais, les cours, les allées, les temples, alors que beaucoup de choses ont disparu et, de ce qui subsiste, ne restent que des ouvrages parcellaires. Il faut s’imaginer une ville carrée de 3 kilomètres de côté, entouré d’une enceinte haute de 8 mètres et bordée de douves.  Au milieu de chacun des côtés du carré,  se dressent 4 portes monumentales ornées de 4 visages des rois du panthéon bouddhiste.

La porte Sud est remarquablement bien conservée et elle est précédée d’une imposante « rampe à naga » un serpent mythique tenu par une rangée de 54 géants de chaque côté en file indienne, qui seraient des « génies », d’un côté bienfaisants (Deva) et de l’autre, malfaisants (Asura)

Du Palais Royal subsistent des vestiges enfouis ou en ruine, envahis par la végétation. Sont visibles surtout les  terrasses relevées et restaurées (c’est un peu comme s’il ne restait du Louvre que la façade à colonnes et que le reste ait à peu près disparu sous un jardin des Tuileries devenu forêt), la terrasse des Eléphants, sur laquelle donnait l’entrée du palais et plus au nord, la terrasse du Roi Lépreux.  

Juste à côté, le temple du Baphuon, qui se caractérise par un immense bouddha couché, est partiellement visible car en cours de restauration, qui va se terminer avec plusieurs décennies de travaux.  Le travail colossal réalisé, pour le construire d’abord et pour le restaurer, ensuite, laisse pensif et permet de mieux se représenter l’ampleur du site qui se révèle sous nos yeux.

A un moment, nous nous retrouvons seuls dans une grande allée, car il est assez tard et tous les touristes sont rentrés dans leur hôtel. Angkor est à nous, ou presque, car nous apercevons, sorti de nulle part, un unijambiste qui vient vers nous. La réalité cambodgienne nous rattrape immédiatement. Il me propose un joli petit bouddha, que je lui achète sans discuter tellement cet homme fait peine dans toute son attitude. Le petit bouddha ne m’a jamais quitté, il vit depuis au plus près de moi, dans mon porte-monnaie, même si ce n’est pas un bouddha à gros ventre, celui de la prospérité. Celui-ci est plutôt le Bouddha de l’interrogation, de l’introspection et de la méditation avant de pouvoir accéder à la sérénité.


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Sabine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty