Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Sabine
Age 34
But du voyage Tourisme
Date de départ 28/01/2008
    Envoyer un message
Durée du séjour 3 semaines
Nationalité France
Description
Un voyage qui sera forcément trop court, qui en appelle d'autres...
Des rêves qui se réalisent, la vie quoi...
Note: 4,3/5 - 11 vote(s).



Localisation : Islande
Date du message : 06/02/2016
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Etape d Akureyri à Egilsstadir, en route vers l Est

Avant de partir d'Akureyri, nous profitons du solide petit déjeuner buffet très complet de la bien sympathique chambre d'hôtes de Petursborg. Tout y est, y compris le hareng mariné aux aromates, pour lequel nous nous laissons tenter, en laissant quand même de côté la variante à la moutarde. Enfin, nous pouvons dire que nous avons mangé à l'islandaise. C'était très bon, sauf qu'il faut manger beaucoup de pain avec, car c'est très salé, mais il y a du bon pain brun toasté, comme il s'en fait beaucoup dans cette contrée.

Nous ne nous attardons pas, car la route est longue, c'est la plus longue étape en kilomètres de notre parcours avec son lot de découvertes et de surprises. Déjà, le temps est prévu au beau, ce qui nous convient parfaitement. Nous quittons Akureyri avec quelques regrets car nous avons beaucoup apprécié cette ville agréable. Mais la route n°1 nous est ouverte, elle s'éloigne rapidement du bord de mer pour franchir un col et traverser une petite chaine de montagnes.  

Le premier arrêt est pour Godafoss, une impressionnante cascade, pratiquement au bord de la route, mais invisible si on manque le panneau. Selon la légende, c'est dans cette cascade que le chef des Islandais aurait jeté les symboles de la vieille religion pour adopter le christianisme. Nous nous extasions le temps qu'il faut pour ne pas avoir les pieds gelés dans la neige et nous repartons. C'est la première que nous voyons, puisque nous n'avons pas pu voir Gulfoss sur le Cercle d'Or. Et j'espère bien en voir d'autres d'ici la fin du séjour. Un peu plus loin, il y a d'ailleurs aussi la cascade Dettifoss, mais elle n'est accessible même l'été, qu'aux énormes 4X4 tout terrain.

C'est après la cascade Godafoss que la montagne cède la place à une immense étendue plane qui parait ne pas avoir de limites. A peine si, de temps en temps, au loin, une montagne vient accentuer le paysage. Même le petit lac Mastvatn recouvert d'une pellicule de neige ne se distingue quasiment pas du désert qui l'entoure. Blanc immaculé est la couleur qui prédominera tout au long de la journée. Une blancheur éblouissante à peine teintée de petites touches de toute la palette des bleus. Ce désert inhabité sur des kilomètres est inhabituel et déconcertant. Le soleil est intense, et il fait étinceler la blancheur, même s'il est parfois voilé par la brume. Nous préférons que la brume nous laisse tranquille jusqu'à notre arrivée.

Nous parvenons au grand lac Myvatn, qui est normalement une vaste réserve ornithologique. Mais, les oiseaux ont préféré migrer vers des eaux plus chaudes. La route fait le tour du lac et les paysages sont ici complètement chaotiques, et malgré la neige qui recouvre tout, on sent tous les évènements sismiques qui ont pu se produire ici.

Ensuite, de nouveau, nous traversons de grandes étendues totalement désertes, sans une ferme, inlassablement, avec quelques aspérités noires qui font deviner sous la neige d'immenses champs de lave à perte de vue. Et malgré cela, dans tout ce blanc, on a peine à imaginer la violence des éruptions volcaniques. Lorsque nous quittons les champs de lave, nous traversons un grand plateau tout aussi désertique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Sabine ]