Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Sabine
Age 34
But du voyage Tourisme
Date de départ 28/01/2008
    Envoyer un message
Durée du séjour 3 semaines
Nationalité France
Description
Un voyage qui sera forcément trop court, qui en appelle d'autres...
Des rêves qui se réalisent, la vie quoi...
Note: 4,3/5 - 11 vote(s).



Localisation : Grèce
Date du message : 07/10/2011
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Départ pour Sifnos

Et voilà, après un été de dur labeur, sont arrivés mes (grands) congés d'automne, direction les Cyclades.

Impossible d'aborder toutes les îles, une année n'y suffirait pas. Le choix de deux îles a donc été difficile, et il s'est porté sur la petite et méconnue île de Sifnos et la grande et touristique île de Santorin, afin justement d'en goûter le contraste et d'en apprécier la variété.

Première étape : Sifnos en un peu plus 5 heures de ferry depuis Athènes.

Le ferry est déjà synonyme de voyage et d'aventure, avant même d'avoir levé l'ancre du port du Pirée. Monter à bord, marcher sur le pont, dominer du regard les quais où la circulation des marchandises et des voyageurs se font à l'échelle des jouets et avoir une belle vue d'ensemble de tous ces ferries qui vont sillonner les eaux de la mer Egée d'île en île, fait déjà partie du voyage.

Bon, ça doit être moins drôle sous la tempête, mais là il fait grand soleil et on largue les amarres à 14h. On met du temps à sortir du port car le Pirée est immense. Et enfin, c'est la haute mer avec pas mal de vent. Pas pour longtemps, la haute mer, car très vite, nous longeons des côtes, nous entrons dans le vaste archipel des Cyclades occidentales dont Sifnos fait partie. Et les escales se succèdent dans un ballet parfaitement rodé et immuable. Le ferry corne plusieurs coups, entre dans l'enceinte du port et fait un demi tour au millimètre quasiment sur lui-même pour présenter sa poupe au quai, ouvrir son garage, tout en lançant ses amarres et déverser son flot de passagers, de marchandises très diverses (comme un gros olivier bien arrimé dans une remorque) et des véhicules de tous gabarits jusqu'aux semi-remorques, dont on se demande comment ils arrivent à manoeuvrer sur des quais si étroits et aussi encombrés. C'est impressionnant à regarder depuis le pont et on ne se lassera jamais du spectacle à chaque fois qu'on reprendra le bateau.  

Et la nuit tombe lentement sur la mer, lui donnant des lumières étranges et des reflets changeants. Le fond de l'air devient frais et des points lumineux ponctuant les côtes apparaissent petit à petit. Enfin, l'échine noire de l'île de Sifnos se distingue devant nous, une lumière verte signale une des ses extrémités, dernier virage à gauche et le bateau entre dans l'enceinte abritée. Le port de Kamares est en vue. Cette fois, il faut quitter le pont et descendre au garage pour se retrouver très vite sur la terre ferme. On s'attarde encore quelques instants à observer les mouvements du débarquement, les manoeuvres depuis la terre, puis on tourne le dos au bateau, qui va poursuivre sa route, pour nous diriger vers la rue principale du port pour trouver à se loger et à dîner. 


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Sabine ]