Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Sabine
Age 34
But du voyage Tourisme
Date de départ 28/01/2008
    Envoyer un message
Durée du séjour 3 semaines
Nationalité France
Description
Un voyage qui sera forcément trop court, qui en appelle d'autres...
Des rêves qui se réalisent, la vie quoi...
Note: 4,3/5 - 11 vote(s).



Localisation : Canada
Date du message : 22/04/2015
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Autour de Montréal, un aperçu, Mont Saint-Hilaire

A défaut de pouvoir opter pour Fort Chambly qui est fermé à cette période, nous décidons une excursion à Mont Saint Hilaire, qui est une montagne sacrée amérindienne et nous prenons un train "de banlieue" qui nous offre de belles vues de Montréal et nous fait passer au dessus du Saint-Laurent. C'est déjà presque la campagne que nous traversons avant d'arriver à Mont Saint-Hilaire. Déconcertant, la toute petite gare est entourée d'une immense parking désert et au delà, de maisons façons bungalows mitoyens à 2 étages tous identiques. Et pas un chat. Nous renonçons à acheter nos tickets retour, car il n'y a aucun guichet et un individu à la mine patibulaire est campé devant le distributeur automatique. Nous faisons mine de connaitre l'endroit et partons résolument vers ce que nous croyons être le centre ville mais qui est en fait un immense lotissement désert. On se croirait dans un film! En demandant plusieurs fois à des gens méfiants et laconiques, nous comprenons que le vrai centre ville, la mairie et les magasins, sont à une bonne demi heure de marche en traversant puis en longeant la voie ferrée qui est entourée d'un terrain marécageux empli de haute herbe. Nous optons de faire un grand détour pour trouver une route qui traverse la voie ferrée puis nous longeons de loin la voie ferrée sur une grand route quasi déserte. Nous croisons tout de même un fast food, mais la serveuse ne peut pas nous renseigner, elle ne vient qu'en voiture de son village et apparemment, n'a jamais mis les pieds au centre ville!  En face du fast food, un arrêt de bus qui nous permet de comprendre que nous sommes à 2 arrêts du centre, ce qui représente 40 min de marche, toujours d'après un autochtone, nous renonçons et attendons le bus qui finit par venir et nous dépose 2 arrêts plus loin.

La montagne sacrée est droit devant nous, mais apparemment, elle est à plus d'une heure de marche. Nous renonçons, mais voyons une pancarte indiquant le musée amérindien, qui nous redonne l'espoir de ne peut-être pas avoir perdu notre journée dans une ville dortoir inintéressante, car en fait de centre ville, la mairie est entourée de banques et de centres commerciaux. La pluie se met à tomber finement, puis de plus en plus drue, je commence à perdre patience, je fulmine, car nous continuons au gré des indications parcellaires à marcher dans un magnifique quartier résidentiel tout aussi désert que le reste de la ville. Je commence à être de vraiment mauvaise humeur, lorsque nous tombons sur le musée!

Déjà se mettre à l'abri, se mettre quelque chose sous la dent car le musée fait restaurant et ensuite visiter quelque chose. A l'abri, on y est, casser la croûte s'avère impossible car le restaurant est fermé à cette heure d'une part et visiblement n'est ouvert qu'aux groupes qui ont réservé à l'avance d'autre part. Devant notre déception visible, on se démène pour nous servir une pâtisserie locale et un thé, que nous accepterons avec entrain. Autre déconvenue, le musée est pris par une conférence sur la faune et la flore locale, donc nous ne pouvons pas entrer et visiter. Le conférencier en a pour jusqu'à 16h30, heure de fermeture du musée. Nous obtenons de la directrice qui est vraiment très sympa de pouvoir visiter le musée très vite après le départ du conférencier, mais elle nous accorde une demi heure, elle restera pour nous une demi heure de plus, ce pour quoi, nous la remercions chaleureusement.

Et comme nous sommes requinqués par les pâtisseries et que la pluie s'est arrêtée, elle nous propose de visiter le jardin qui est en fait une érablière et nous suivons le parcours qui nous explique la production du fameux sirop d'érable, qui est une savante invention de la nature et qui dépend totalement du climat et de la géologie et qui est mis en péril par le réchauffement climatique. Nous avons appris énormément de choses ce qui largement compensé nos pertes de temps et marches errantes. Ensuite le tout petit musée s'est libéré et une vingtaine de minutes a largement suffit à compléter notre savoir de la culture amérindienne. 

La même sympathique directrice nous a même indiqué le moyen de transport le plus rapide et pratique pour rentrer à Montréal, quand nous lui avons expliquer notre périple à l'arrivée. Il y a un bus direct en face de la mairie toutes les demi heures pour Montréal. Nous la remercions infiniment, nous repartons, repérons l'arrêt de bus et un magasin bio juste à côté où nous achetons un en cas (cookie et bretzel) au cas où. Le bus arrive 5 minutes plus tard et il va bien nous ramener à Montréal après cette journée riche en émotions contrastées.   

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Sabine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty