Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Sabine
Age 34
But du voyage Tourisme
Date de départ 28/01/2008
    Envoyer un message
Durée du séjour 3 semaines
Nationalité France
Description
Un voyage qui sera forcément trop court, qui en appelle d'autres...
Des rêves qui se réalisent, la vie quoi...
Note: 4,3/5 - 11 vote(s).



Localisation : Grèce
Date du message : 05/06/2016
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Athènes (la suite)

Dimanche matin, la ville se réveille tranquillement et tardivement. A midi, notre taverne est presque vide et nous optons pour une table au fond du patio pour changer. Pas de sardines du jour, mais du poulpe grillé et de la moussaka faite maison. Tout cela assortit d'un petit tarama maison également.

Bon, il ne s'agit pas de trop s'attarder, nous avons un musée qui nous attend. Remettant le café à plus part, c'est sous un soleil de plomb que nous parvenons dans la fraicheur climatisée du grand hall de ce nouveau musée de l'Acropole, à l'architecture de pierre et de verre. Ce musée ultra moderne est monté sur pilotis car des vestiges archéologiques ont été mis au jour sur toute son emprise au sol. Le rez de chaussée est en verre pour permettre de les voir.

Des maquettes de l'occupation de l'Acropole au fil des siècles occupent le grand hall entre les caisses et le passage des portillons avec les billets (d'ailleurs, l'entrée est à 5 euros et nous parait excessivement peu chère). Il ne s'agit pas d'Athènes ou de la Grèce, mais vraiment de la colline de l'Acropole, avec des angles de vue rapprochés.

En plus d'être beau, le musée est judicieusement conçu comme une montée de la colline de l'Acropole. Pour chaque période chronologique (archaïque, classique, hellénistique) sont exposés et mis en valeur des centaines d'objets découverts et redécouverts. Des statues colossales aux objets de culte, c'est une riche collection qui s'étend sous nos yeux. Evidemment que les objets devaient être à l'étroit dans l'ancien petit musée voisin du Parthénon !

La visite se poursuit, on peut aussi admirer les "vraies" Caryatides (les originales) qui ont un espace central à elles toutes seules dans le Musée et elles sont presque visibles de partout. Il y a même une mezzanine avec de larges fauteuils pour les contempler. Celles qui sont exposées au vent sur l'Acropole sont des copies. L'une d'elle est mutilée car sa tête a été emportée par un boulet de canon. Cinq manquent, puisqu'elles sont au British Museum.

Le point d'orgue se trouve au dernier étage lorsque nous débouchons sur une immense salle aux larges baies vitrées, c'est la présentation de toutes les frises, métopes et frontons qui subsistent du Parthénon. Tous les fragments patiemment retrouvés lors de fouilles, de travaux de réaménagements de la colline, dans des remblais de ruines. Chaque pièce du puzzle a été patiemment remontée. Bien sûr, il en manquent beaucoup, en raison des vicissitudes de l'Histoire qui n'ont pas épargné le monument.

L'ensemble est majestueux et il faut en faire le tour plusieurs fois comme si on tournait autour du temple lui-même pour bien observer et comprendre tous les décors des scènes mythologiques. Un film très bien fait aide à la compréhension et égratigne au passage toutes les nationalités qui ont contribué à toutes époques à endommager le Parthénon. Des baies vitrées, nous avons non seulement une magnifique vue sur le Parthénon et sur l'Acropole, mais aussi à 360° sur la ville qui entoure le musée.  

Nous redescendons à regrets pour repartir. Dommage que le café du musée soit complet en terrasse à l'ombre et trop bruyant à l'intérieur, car nous aurions à cet instant bien bu notre café. Tant pis, nous repartons aussi sans avoir trouvé le lieu de l'exposition sur les Scythes, mais la visite du musée nous a épuisés, nous nous en retournons via Plaka vers l'hôtel et notre terrasse rafraichissante et ombragée, après avoir hésité à prendre une glace, mais cela n'est vraiment pas très local.

Dimanche s'achève déjà et il nous faut songer au dîner car ce soir notre taverne est fermée. Juste en contrebas de notre hôtel, un restaurant grill nous a toujours intrigués. Apparemment, les "Gyros" (broches à viande verticales) ne tournent que le midi et le soir, c'est grill. Nous commandons, l'un, du bœuf en barbecue, l'autre de la poitrine de porc grillée. C'est un véritable festin qu'on nous amène avec des assiettes énormes remplies de viande et de frites. La viande s'avère délicieuse et c'est vraiment différent de ce que nous mangeons habituellement. C'est un autre pan de la cuisine grecque qui nous donne une peu l'idée de la notion de banquet. Nous ne réussissons pas à finir nos assiettes et laissons tomber toute idée de dessert.  

Le lendemain, c'est déjà le départ, il faut refaire les sacs et le check out à midi. Nous partons une dernière fois déjeuner à notre taverne, dernière salade grecque et ensuite deux cafés grecs pour l'occasion, sauf que nous ne sommes pas bien sûr d'avoir compris si on nous l'offre ou pas. Apparemment oui, mais dans le doute, on en paye tout de même un pour ne pas commettre d'impair.

Et nous reprenons le métro rafraichissant, en ayant à nouveau oublié qu'il n'y a de terminus pour l'aéroport que toutes les 25 minutes. Un peu de stress plus tard, même si nous avons déjà nos cartes d'embarquement et pas de bagage en soute, nous arrivons bien à l'heure pour reprendre notre avion.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  


Note: 5/5 - 1 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Sabine ]