Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Sabine
Age 34
But du voyage Tourisme
Date de départ 28/01/2008
    Envoyer un message
Durée du séjour 3 semaines
Nationalité France
Description
Un voyage qui sera forcément trop court, qui en appelle d'autres...
Des rêves qui se réalisent, la vie quoi...
Note: 4,3/5 - 11 vote(s).



Localisation : Canada
Date du message : 17/04/2015
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Arrivée à Montréal

Après un vol sans histoire entre Paris et Toronto, pendant lequel on a pu enfin voir le film "les 2 visages de Janus" qu'on avait manqué à Paris, on a récupéré les bagages juste pour passer la douane avant de les remettre sur un tapis roulant à destination de Montréal. Premier contact avec la population canadienne à l'aéroport, en prenant un smoothie, les gens sont chaleureux et francophone. En revanche, il faut s'habituer au change, aux taxes et aux tips!

En revanche, le court vol Toronto Montréal est secoué comme dans un orage alors que le ciel est parfaitement bleu, on se croirait dans un grand huit chez Disney, c'est horrible. Du coup, impossible de regarder les paysages de l'immense lac Ontario qui se déroule sous nos pieds. C'est la nausée jusqu'à l'atterrissage. Et j'espère juste que cela ne sera pas pareil au retour.

Après récupération des bagages, on prend le bus 747, très pratique, direction le centre ville. La route entre l'aéroport et la ville est assez déconcertante, c'est un espèce de no mans land, un immense terrain vague, vaguement en chantiers par endroits, surmonté de ponts autoroutiers. Cela donne un peu l'impression qu'un cataclysme a tout emporté la semaine précédente. c'est une étrange première impression. Ensuite, ça s'urbanise un peu, des ensembles un peu sombres, hors d'âge. En y réfléchissant, les touristes qui vont de Roissy à Paris n'ont pas plus une belle image, que ce soit en bus ou en RER, ça doit leur faire la même impression en fait.

Et on attaque le centre ville avec les 10 stations du bus 747, qui déposent les touristes tout au long de l'immense boulevard René Levesque. Nous, ce sera l'arrêt n°9, l'avant dernier, le dénommé Berry UQAM, du nom de l'université (enfin de l'une des 4 ou 5 universités que compte la ville. Tandis que défile le paysage urbain, on a un peu du mal à en saisir la structure, on ne voit pas bien quel est vraiment le cœur de la ville, tout cela sera à découvrir dans la semaine qui vient. En tout cas, on a bien l'impression que l'image de Montréal que l'on avait en tête sera quelque peu remodelée au cours de ce séjour.

Le soleil est éclatant pour saluer notre arrivée, mais dès le lendemain, le temps se couvre terriblement (voir les photos), jusqu'à déverser des trombes d'eau en plein milieu du séjour. Le pré-printemps de Montréal nous réserve donc quelques surprises.  

 

Nous avons donc eu 2 jours beaux mais frais, 4 jours de pluie dont 2 terribles, 1 jour beau mais très froid, et le dernier jour beau mais frais. Ils appellent ça le pré-printemps, l'hiver est encore très présent, même s'il n'y a plus de neige, sauf quelques monticules encore visibles à droite à gauche, mais ce n'est pas encore à proprement parler le printemps. La nature n'est pas encore réveillée , il n'y a pas encore vriament de végétation et pas du tout de feuilles aux arbres

Après nos deux premiers jours dans la vieille ville, le lundi, jour de fermeture des musées, devait être consacré à une grande ballade avec pique nique sur le Mont Royal, le poumon vert de Montréal, une toute petite montagne, avec 3 petits sommets dont le plus haut doit culminer à 223 m.

Manque de chance, il fait un temps affreux, une pluie diluvienne qui nous oblige à changer nos plans. Nous décidons donc de nous rendre en métro (première occasion ainsi de voir aussi le métro) à la gare centrale pour nous renseigner sur les horaires de train pour la ville de Québec, que nous avons de plus en plus envie d'aller voir, puisque c'est la ville où tout a commencé. D'après les horaires et les tarifs que l'on nous donne, nous opterons plutôt pour un trajet en bus, depuis la gare rourtière toute proche de notre hôtel.

Depuis la gare, on peut ensuite parcourir des kilomètres de "ville souterraine", car tous les buildings du quartier d'affaires sont reliés entre eux par le sous-sol et avec les stations de métro, sans plus ressortir sous la pluie dans notre cas, ce lundi, mais de toute évidence aussi tout l'hiver par - 30°.

L'inconvénient de la formule, pour notre cas, c'est que nous sommes est assez vite limités par les attraits de cette galerie commerciale géante, puisque nous n'avons pas spécialement d'envies de shopping. Les magasins de toutes les marques qu'on connait et les autres qu'on connait moins ou pas et les cafés restaurants défilent le long des couloirs, places ou avenues aménagées comme des rues. Puis nous sommes tombés sur une librairie géante, où l’on peut lire en s'installant dans des fauteuils, ce que nous avons fait, le Rêve pour nous du coup.

Comme ça, on a pu surveiller, sinon l'arrêt complet, mais une accalmie toute relative de la pluie, pour mettre enfin le nez dehors. Et là en sortant, en face se dresse un magnifique bâtiment des années 1890, la cathédrale Marie Reine du Monde, campée fièrement au milieu des gratte-ciels plus récents. Il est dit que l'intérieur est une copie de St Pierre de Rome, je n'ai pas vu l'intérieur de St Pierre, mais en tout cas l'intérieur de Marie Reine du Monde est somptueux, dans les tons rose, bleus clair et vert feuille, superbe. On a failli mettre un cierge pour l'arrêt de la pluie et on ne l'a pas fait, peut-être qu'on aurait du. De là, nous avons traversé les squares adjacents à la cathédrale, dont le square Dorchester, qui a remplacé un ancien cimetière déménagé lorsque la ville s'est étendue.

Là, j'ai vu mes premiers écureuils d'une très longue série tout au long de la semaine, qui a vraiment été sous le signe de l'écureuil. Un gros écureuil gris qui s'agite à trouver de la nourriture dans les arbres du parc et par terre, tout en venant très près de nous au cas où on aurait quelque chose à manger, pas effrayés du tout, mais en laissant une petite distance de sécurité quand même. Ca m'a été dur de m'arracher au spectacle des écureuils.

Ensuite, on a déjeuné à 14h d'une bonne soupe au bouillon de poulet dans un petit resto qui imitait un wagon restaurant de l'ancienne gare Windsor de 1890 qui est désaffectée et remplacée par la gare centrale des années 60 comme tout le quartier souterrain, que nous avions traversé le matin.

Nous déjeunons tard, car le petit déjeuner buffet est copieux et nous cherchons surtout à manger des soupes car c'est leur spécialité, on en a presque mangé tous les midis.

En sortant, nous sommes repartis dans les rues en damier en nous amusant à les longer une à une, nord sud ouest est sud nord ouest est (ou comme un créneau de château) sur un petit périmètre, le quartier anglophone du 19e avec des maisons victoriennes toutes accolées ensemble, en briques rouges et avec un escalier extérieur. Maintenant, elles abritent des boutiques un peu chics. Ensuite, on a récupéré la grande rue Ste Catherine, et l'avons longée jusqu'à notre hôtel, en croisant de jolies églises anglicanes ou catholiques qui se mêlaient aux gratte-ciel actuels et aux bâtiments de commerce, des sièges sociaux du 19e siècle. C'est tout un panorama historique et architectural vraiment très intéressant.

Notre hôtel se trouve côté francophone non loin de la rue Ste Catherine, juste à côté de la nouvelle gare routière, de la grande bibliothèque (réplique de la grande bibliothèque François Mitterand) et de l'Université Berry-UQAM, une des 4 grandes universités de la ville. Quartier un peu en chantier puisque tous ces bâtiments neufs jouxtent des ruines et des terrains en friche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par Un follower ^^

le 26/05/2015 à 13:36:13

Hey Sabine,

Toujours en vadrouille c\'est cool :)
En attendant tes photos, Bon voyage et profitez bien!
Je vous fais bientot un mail a Michelle et a toi, bises

Répondre à ce commentaire

Par sab

le 09/06/2015 à 23:39:09

oui on essaye mais ca devient de plus en plus compliqué chez TC...
on te racontera
bises

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Sabine ]